Les maisons seigneuriales fortifiées de la châtellenie de Montcornet - LA MOTTE-LES-RENWEZ

Publié le par Pascal Sabourin

 

 

Mentions anciennes:

 

  • Aveu et dénombrement de 1459: « la maison forte de la Motte lez Renwez, les fossez cuiriés et plains d'eaue, les jardins, tenement et aisement d'icelle maison ... »

     

  • 27décembre 1578: contrat de délaissement fait par Philippe de Croy d'une partie de ses biens acquis de la succession d'Antoine II au profit de Jules-César Bernier en règlement des dettes dudit Antoine. Parmi ces biens, le fief, terre et seigneurie de La Motte-lès-Renwez « où il y avait anciennement un chasteau et maison forte environné de fossé plain d'eau » (Archives de Monaco, T 673)

Album de Croy:

 

La-Motte.jpg                                                         (planche 121 de l'édition DUVOSQUEL)

 

 

Cadastre de 1811

 

ruines-du-chateau-de-La-Mothe-1811.jpg 

 

Commentaire:

 

L'édifice représenté en 1607 consiste, semble-t-il, en un quadrilatère massif à cour centrale, éclairé d'ouvertures percées très haut dans les murailles; une seule tour apparaît, celle de l'entrée, de forme quadrangulaire; le flanc arrière semble constitué par un énorme bâtiment allongé.

Sur le site de cette maison-forte , P. Calvoz a repéré une plate-forme mesurant de 47 m à 55 m. de diamètre et accolée à un triangle de 60 m. de côté. Il s'agit d'un moated site quadrangulaire tout à fait caractéristique, entouré par les eaux d'un petit ruisseau aménagé.

Le plan cadastral de 1842 individualise nettement ce quadrilatère aux fossés inondés, à proximité d'une fontaine logiquement appelé « Fontaine de La Motte » et l'ensemble se devine encore sur une vue aérienne actuelle.

 

Copie-de-La-Motte-les-Renwez.JPG

                                                                         (support photographique GEOPORTAIL)

 

 

J'avoue ne pas trop savoir comment concilier ces vestiges en terre et la peinture d'Adrien de Montigny. Il est probable que l'ensemble a été largement remodelé autour de la plate-forme primitive, sans doute par Antoine de Croy après qu'il en eût fait l'acquisition ou par son fils Philippe Ier, afin d'y intégrer les bâtiments annexes refaits à neuf; la cour fortifiée telle qu'elle fut représentée en 1607 pourrait en effet remonter à la seconde moitié du XV° siècle, à l'exception de quelques éléments (notamment l'entrée, plus tardive). Mais il ne s'agit que d'une hypothèse personnelle.

Second problème: comment concilier cette fois la peinture de 1607 et le document de 1578, dans lequel l'édifice paraît abandonné ? Son nouveau propriétaire, le financier Jules-César Bernier, entreprit-il une rénovation de l'ensemble ? Il en avait assurément les moyens, et, probablement, l'ambition...Quoi qu'il en soit, la construction peinte par Adrien de Montigny semble bel et bien en bon état, mais il n'y avait plus que ruines deux siècles plus tard: « Je n'ai rien trouvé [à Renwez] qui soit contre la loi » notait Harmois en 1794.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article